jeudi, octobre 11, 2018

FAIRE L'ARBRE DROIT

























Cela fait quelques semaines maintenant que j'ai repris "mon" blog. "Mon" entre guillemets, je ne sais pas pourquoi des guillemets. Ca fait genre " j'ai une idée derrière la tête", le guillemet suppose un secret entre nous, un secret bien secret.
Justement , bien secret... je n'ai dit à personne que j'avais repris le blog, je reste donc entre moi.
Ce midi j'ai décidé de répondre aux questions que l'on ne m'a pas posées dans les messages que je n'ai pas reçus.
Réponses :
Oui; oui; non; plus tard; je ne pense pas; t'es qui toi?

Voilà, chacun se reconnaitra.
Je me dois à "mon" public, c'est une exigence poétique.



 
Ce qui me plait dans la photo, c'est la retouche
Ce qui me plait dans la poésie c'est le rythme
Ce qui me plait dans la phrase, c'est l'instant de silence qui suit
Ce qui me plait dans l'Amour c'est la peur qu'il finisse
Ce qui me plait dans la vie, c'est qu'elle finisse

dimanche, octobre 07, 2018

Tagliatelles au beurre




Nous vivons une époque FORMIDABLE, parce que NOUS sommes formidables. 

Après un hommage national à Johnny, après un hommage national aux bleus champions du monde, voici l’hommage à Charles Aznavour. Nous n’avons de cesse de célébrer nos héros.
Ils sont riches, ils sont célèbres, ils ne travaillent pas beaucoup et ils ne payent pas leurs impôts.

Nous vivons une époque FORMIDABLE.








En plus des acrobates et des jongleurs, je vous conseille de vous méfier des toreros, surtout s'ils sont petits.

lundi, octobre 01, 2018

Flammekueche



Il y a quelques jours, je me suis trouvé bloqué dans un embouteillage majuscule du côté du rond-point du Prado. A chaque fois que cela arrive je me maudis d'ignorer qu'un match de foute "à domicile" a lieu. Des supporters bleu ciel et blanc, ou blanc et bleu ciel pour d'autres, se pressent vers le stade, contournent les voitures, sautillent, chantent et s'interpellent.

Je ne m'intéresse pas du tout au foute et je n'aime pas les hordes hurlantes en uniforme, drapeaux et décorations. Mais à chaque fois je note qu'il y a d'un côté les supporters généralement hilares, courant dans tous les sens dans les odeurs de saucisse merguez, et de l'autre des automobilistes enfermés dans leurs bagnoles, maussades, énervés et dans un uniforme différent mais uniforme quand même. Et je fais partie de ces derniers.

Alors je prends mon sourire bouddhiste et mon mal en patience.


vendredi, septembre 28, 2018

14 bis CHEMIN DES FLEURS




Tu t’acharnes sur la beauté.
Et quelles femmes ont été
Victimes de ta cruauté  !
Ève, Eurydice, Cléopâtre
J’en connais encor trois ou quatre. (Le serpent, Apollinaire)



De tous c'est Apollinaire que je préfère.
Parce qu'il fait des poèmes qui riment c'est pas de la frime.
Ensuite parce que c'est beau et c'est ce qu'il faut.
Surtout on peut compter / avec les doigts les pieds.






J'ai écrit il y a quelques jours qu'il convient de se méfier des acrobates, même noirs. Je rajoute qu'il faut aussi se méfier des jongleurs.

mardi, septembre 25, 2018

D, MD, DMD, ADMD




 

D Dignité

MD Mourir dans la Dignité, lorsqu'on l'a décidé, sans violence ni souffrance inutiles.


DMD Droit à Mourir dans la Dignité. Je revendique ce droit qui n'existe pas, pour des raisons "de morale et d'éthique", dans le droit français.




Je suis tombé, par hasard, sur le site catholique.org. Voilà ce qu'il dit de ce droit



"L’Eglise refuse qu’on limite la valeur de la vie de quelqu’un à sa possibilité de vivre sans souffrance. On touche à nouveau à l’essence de la vie : l’homme n’a pas le droit de détruire ce qu’il n’est pas capable de créer (une vie humaine).


 Elle encourage par contre les soins palliatifs, qui consistent à accompagner le malade en diminuant au maximum ses souffrances, soins qui justement évitent l’acharnement thérapeutique.

 Une personne vraiment entourée d’amour ne demande pour ainsi dire jamais l’euthanasie. Il s’agit plus d’un appel au secours que d’une demande réelle (comme les suicides ratés des adolescents). Y accéder consiste à supprimer le symptôme plutôt que le mal.

Certains grands handicapés ont communiqué aux autres un fantastique dynamisme de vie (comme Jacques Lebret, sans yeux et sans mains, qui a témoigné de sa joie de vivre dans bien des écoles).

 Ici encore, l’Eglise protège la vie à sa fin comme à son début.

 Les notions de "vie ne valant pas la peine d’être vécue" et de "compassion pour la souffrance" sont apparues pour la première fois dans le discours de... Hitler. Elles étaient des préliminaires visant à justifier la suppression de milliers de personnes "économiquement non rentables".

Je ne sais que dire.

" L’Eglise refuse qu’on limite la valeur de la vie de quelqu’un à sa possibilité de vivre sans souffrance" mais il ne s'agit pas seulement de souffrances, il s'agit aussi de liberté, MA liberté. N'étant pas chrétien, je ne me sens pas concerné par ce que l'église catholique approuve ou pas. J'accepte les débats sur la morale de la société dans laquelle je vis, évidemment. Mais je regrette que ces débats soient influencés par l'église ou par des vieux relents de catholicisme imprégnant certains esprits.
L'église a toujours refusé avec acharnement l'ensemble des droits humains qui nous paraissent évidents aujourd'hui. Même l'accouchement sans douleur, contraire aux prescriptions de la bible (tu accoucheras dans la douleur, la punition d'Eve pour avoir péché), oui même l'accouchement sans douleur, elle était contre !
Hasard, à l'heure où le Comité d'Ethique donne un avis favorable à la PMA, l'article qui en parlait présente une vidéo de … l'archevêque de Paris. Dire que l'on continue à les interroger dès qu'il s'agit de questions morales, comme ayant une parole "éclairée", eux qui n'ont jamais dénoncé leurs prêtres pédophiles et qui continuent à ne pas les dénoncer..
 


"l’homme n’a pas le droit de détruire ce qu’il n’est pas capable de créer (une vie humaine)." Le verbe créer a de multiples sens, mais jusqu'à preuve du contraire ce sont un homme et une femme qui créent une nouvelle vie. Sauf Jésus bien entendu, libre à chacun de croire cette fable … Je vois bien l'idée que "c'est dieu qui crée la vie" enfin, leur dieu et pas celui des autres. Mais pour le moment il faut un homme et une femme pour faire un enfant et ça suffit il me semble.
Enfin, pour mes enfants ça s'est passé comme ça.
 


"Elle encourage par contre les soins palliatifs, qui consistent à accompagner le malade en diminuant au maximum ses souffrances"
Les soins palliatifs diminuent les souffrances sans les supprimer, et seulement quand on a les moyens ou la chance d'en bénéficier. A Madagascar, il n'y en a pas, pour prendre un exemple. Les soins palliatifs n'empêchent nullement la souffrance psychologique d'être malade, invalide, prisonnier d'un corps dévasté. Et surtout, surtout ils nient la liberté de ceux qui veulent choisir autre chose, vivre et mourir autrement.
Intolérable liberté aux yeux des catho (et d'autres religions sans aucun doute), insupportable liberté.
 


" Une personne vraiment entourée d’amour ne demande pour ainsi dire jamais l’euthanasie" Mais si, bien sûr que si. Et quand bien même ce serait vrai, quand bien même UNE seule personne le demanderait, cela suffirait.  Bien entendu pour l'église cela ne peut être que le fait de personnes mal aimées et mal entourées; quelle arrogance.

Je n'ai pas envie de poursuivre cette lecture, chaque phrase me révolte mais quand même il y a ceci  "Les notions de "vie ne valant pas la peine d’être vécue" et de "compassion pour la souffrance" sont apparues pour la première fois dans le discours de... Hitler". Je ne l'attendais pas celle-là, mais ils ont osé. "Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait" phrase culte des tontons flingueurs.

Je n'aime pas révéler mes croyances, mes idées politiques, ma morale ni les détails de ma vie. Mais là, parce que je pense maintenant à ma mort sans en être trop effrayé, je me suis foutu vraiment en colère.